Véhicule électrique – 5 raisons de devenir électromobilistes

Véhicule électrique - 5 raisons de devenir électromobilistes 1
Notre transition énergétique
14 avril 2020
Véhicule électrique - 5 raisons de devenir électromobilistes 2
Suivre la transition énergétique mondiale
15 avril 2020

Les 5 raisons de devenir électromobiliste:

Coûts énergétiques très bas

Selon les données de l’Institut du véhicule innovant (2018), les coûts associés à l’énergie des électromobiles (voitures électriques) sont quatre fois moins élevés que ceux des véhicules à essence.

Coûts d’entretien minimes

Les coûts d’entretien d’un véhicule électrique sont 75% (Équiterre, 2017) moins élevés que ceux d’un véhicule à essence, car il ne nécessite pas de changement d’huile, le système de freinage use moins les disques (Hydro-Québec, s. d.) et le nombre de pièces à réparer est moins important.

Moins de stress

La conduite d’un véhicule électrique occasionne moins de stress à cause d’un environnement de conduite plus silencieux, et la bonne conscience qu’elle apporte au niveau écologique pour les électromobilistes (voir l’étude de Fred Lambert (Electrek)).

Point d’équivalence du prix

Le « point d’équivalence du prix » signifie le nombre de kilomètres nécessaires pour atteindre l’annulation du surcoût pour acquérir un véhicule rechargeable. En d’autres mots, lorsque le kilométrage atteint ce point, les économies faites grâce à l’économie d’essence et de l’entretien s’accumulent peu à peu. En guise d’exemple, la Chevrolet Volt, possédant une autonomie de 85km, atteint son « point d’équivalence du prix » à 18 703 km. (voir brochure de l’Institut du véhicule innovant

Tableau 1: Estimation des économie générées grâce à la transition des gestionnaires du projet Au pied du Mont-Ham vers des véhicules électriques

électromobiliste

Diminution des émissions de gaz à effet de serre (GES)

Terminons avec l’impact le plus significatif: la réduction des émissions de dioxyde de carbone. Selon les données compilées par les membres de la coalition du projet Drawdown (un groupe de 90 chercheurs chargés de trouver des solutions concrètes au réchauffement planétaire), il est estimé que la conversion mondiale des véhicules à essence vers les véhicules électriques entraînerait une diminution de 10,8 gigatonnes de dioxyde de carbone d’ici à 2050. Il s’agit de l’une des solutions les plus importantes en matière de lutte aux changements climatiques.

Tableau 2: Comparaison des émissions de gaz à effet de serre entre les véhicules à essence et véhicules électriques selon les donnés du calculateur de GES du Fonds d’action québécois pour le développement durable

électromobiliste

*Selon le CIRAIG, le point d’équivalence en termes d’émission de GES entre la voiture conventionnelle et la voiture électrique tourne autour de 32 000km. Nous avons donc comptabilisé les GES émis à partir de la moitié de la deuxième année d’utilisation.

**Considérant que 80% des déplacements de la Chevrolet Volt sont faits par propulsion électrique et que l’autre 20% est fait grâce à de l’essence.

Savez-vous que l’installation au domicile d’une borne de recharge pour véhicule électrique (ou les câbles nécessaires pour en accueillir une) donne des points pour obtenir de l’aide financière provenant du Programme Habitation durable de Ham-Sud? Il est avantageux de devenir électromobiliste!

Top