Changements climatiques: les 5 étapes pour changer les habitudes

Changements climatiques: les 5 étapes pour changer les habitudes 1
Bien identifier nos besoins en transport: 3 types de déplacement*
6 mai 2020
Changements climatiques: les 5 étapes pour changer les habitudes 2
START-UP COMMUNITY PLANT – Start-up québécoise à vocation sociale et environnementale
7 juillet 2020
Show all
coop au pied du mont ham

coop au pied du mont ham

Psychologie du changement – Changements climatiques

Pour la plupart des personnes, changer ses habitudes — et même seulement la prise de conscience du devoir de changer ses habitudes — provoquent un inconfort psychologique. La mobilisation autour d’un enjeu devient alors complexe et sensible, car il s’agit non seulement de trouver des alternatives plus viables face aux changements climatiques, mais aussi de trouver le vecteur de changement. Il faut savoir qu’une transformation n’arrive pas soudainement. Elle se glisse dans la vie des gens de manière progressive et sous différentes formes, dépendamment du type de personnalité ou du contexte dans lequel l’individu baigne. (R. Miller et Rollnick, 2013)

Entre la prise de conscience et l’ouverture, beaucoup de réflexions personnelles peuvent être faites. Lorsque que celles-ci sont mûres, l’individu commence à bien cerner la logique derrière ses pensées. C’est à partir de ce moment qu’il est possible de tomber dans un cercle vicieux où il peut lui sembler difficile de changer ses comportements. Trois prémisses doivent être respectées pour aider les gens à poursuivre leurs réflexions vers l’intégration concrètes de nouvelles habitudes de vie (Hopkins, 2010):

Il faut être attentif aux raisons des blocages des individus (empathie);

Il faut proposer une plateforme où les personnes peuvent amener leurs propres solutions pour faire les changements voulus (responsabilité);

Il faut mettre en évidence les outils existants pour parvenir à changer des comportements (diversité des scénarios).

Le défi réside alors dans la manifestation des habiletés de l’individu à pouvoir être un acteur du changement. Il ne s’agit plus de pointer du doigt les comportements jugés fautifs, mais de mettre en évidence la solution à ceux-ci.

À partir du moment où une personne se sent prête à s’engager dans la voie du changement, le négativisme, le découragement et le sentiment d’impuissance laisse place à l’optimisme. Et c’est de ça dont tout mouvement a besoin pour réussir. (Hopkins, 2010)

Êtes-vous prêts à passer à l’action face aux changements climatiques?

Top