[INNOVER – Foyer de masse] Quand féérie des couleurs rime avec innovation

[INNOVER - Foyer de masse] Quand féérie des couleurs rime avec innovation 1
M105 CHRONIQUE : VIVRE DANS UNE MINI-MAISON AU QUÉBEC !
18 septembre 2020

Nous ne sommes pourtant qu’à la mi-septembre et déjà, ce matin, ma moto était couverte de givre. Les arbres ont commencé à changer de couleur. Dans une semaine ou un peu plus, ce sera magnifique. Cela veut aussi dire qu’il faut commencer à penser au chauffage. Que nous ayons fait preuve d’initiatives écologiques en orientant et fenestrant la maison pour profiter des rayons du soleil et qu’on ait un plancher de ciment pour agir comme masse thermique ne suffira pas, une autre source de chaleur est nécessaire. Comme on cherche à être conséquent avec notre approche écologique, on tente de profiter des innovations lorsque cela est possible, d’autant plus que les efforts et initiatives en ce sens sont encouragés par l’équipe de gestion du lotissement sous la forme d’une généreuse rétribution. Dans notre cas, nous avons réussi à nous procurer un foyer de masse. Ce sera le dernier élément qui sera installé dans la maison à la mi-octobre si tout va bien.

Heu! Foyer de masse ?

Il est un peu prétentieux de croire que l’utilisation de la masse thermique pour chauffer est une innovation. Les premiers habitants du Québec et du Canada faisaient bon usage de ce principe en chauffant des pierres et en les utilisant par la suite pour cuire la nourriture en les insérant dans le plat à cuire. Comme pour bien d’autres aspects, nous n’avons pas su apprendre du mode de vie et des philosophies des peuples fondateurs. On pourrait en parler longtemps mais revenons plutôt à notre masse thermique. 

Si l’utilisation de la masse thermique est vieille comme le monde, au Québec on chauffe les maisons plus traditionnellement par une chaleur, que je qualifierais de forcée, produite en utilisant de grandes quantités d’énergie pas toujours propre. Depuis quelques années, on redécouvre le bien-être que peut procurer le chauffage radiant. L’installation de planchers radiants est à la mode et cela devient la façon idéale, la plus confortable comme mode de chauffage des maisons.

Il est tout à fait vrai que le chauffage par plancher chauffant produit un confort que ne peut produire un chauffage traditionnel. Une chaleur radiante correspond à ce que produit tout corps humain, tout objet à plus ou moins fortes doses. Ce mode de chauffage, comme tous les autres, dépend d’un apport énergétique. C’est là que le foyer de masse se démarque; il ne requiert qu’un très faible apport en énergie.

On dit que “nécessité est source d’innovation”. Le concept des foyers de masse et des “rockets stove” est né en Europe où les coûts énergétiques sont très élevés comparativement à notre réalité nord-américaine. Notre foyer de masse est de conception finlandaise, mais fabriqué au Québec par des artisans de chez nous. Le foyer de masse demande peu d’énergie; une seule attisée par jour et il nous rend sa chaleur sur 20 heures. Sa conception permet aussi de brûler les gaz résiduels en plus d’une faible émission de CO2 selon les mesures de rendement et d’efficacité effectuées en Europe. 

Un foyer de masse, oui, mais pas à n’importe quelles conditions

La décision d’acquérir un foyer de masse ou non ne doit pas être prise seulement sur une question de sentiment. Il y a plusieurs éléments à considérer. 

Naturellement, ce qui rebiffe au début est le coût du foyer de masse, lequel n’est absolument pas comparable à l’offre traditionnelle des produits de chauffage au bois sur le marché. Il est vrai que le coût d’acquisition et d’installation peut être un choc si l’on compare aux autres produits. En fait, on ne devrait pas faire ce comparatif parce qu’on ne peut comparer des pommes et des oranges. Le rendement du foyer de masse n’est pas comparable à celui des autres produits tant sur le plan du coût de production de chaleur qu’en termes de qualité de la chaleur produite. Selon un marchand de foyers et poêles à bois que j’ai consulté, il mentionnait qu’il n’existe aucun produit traditionnel pouvant concurrencer le foyer de masse. Sur combien d’années le faible coût d’exploitation d’un foyer de masse peut-il estomper le coût d’acquisition? Je ne peux répondre à cette question, mais je vous inviterais à aussi mettre dans la balance le poids décisionnel que vous accordez à la qualité de la chaleur produite.

Arrêtons-nous à un critère plus subjectif, mais qui a son importance pour bien des gens, tel mon artiste d’épouse par exemple; l’aspect décoratif du foyer de masse au sein d’une demeure. Le nôtre est relativement simple, mais malgré cela, la présence imposante de cette masse de pierre à savon au centre de l’aire de vie d’une maison amène non seulement un aspect chaleureux, mais très décoratif. Si vous prenez le temps d’aller consulter la grande toile sur le travail que certains artisans réalisent dans la conception des foyers de masse, on est vraiment devant des œuvres d’art. Si ce critère n’est pas mesurable, son poids subjectif dans la prise de décision n’est pas à négliger.

Les autres critères auxquels je voudrais vous sensibiliser sont plus tangibles. Le premier qui n’est pas à négliger est le poids du foyer de masse. Le nôtre n’est pas des plus imposant, mais il pèse tout de même plus de 5000 livres. On ne peut installer ces foyers sans avoir une structure conséquente pour en supporter le poids. Il faut aussi prendre en compte le fait que ces foyers ne sont pas certifiés selon les critères imposés par Novo Climat. Ces critères sont simplement transposés. Ce sont ceux des États-Unis que nous avons adopté sans nous questionner à savoir si cela correspond à notre réalité. On aurait pu adopter les critères européens qui mesurent les émissions de CO2 plutôt que les émissions de particules comme on le fait ici. Mais les instances gouvernementales préfèrent la facilité au travail de recherche. 

Une mosaïque de couleur

Foyer de masse ou pas, c’est la montagne qui nous réconcilie avec tous les dédales administratifs que nous avons rencontrés pour tenter de faire reconnaître notre foyer par le programme Novo Climat. La montagne n’est jamais la même, elle change, elle s’adapte, elle tire le meilleur, ces temps-ci, des baisses de température et de luminosité pour notre émerveillement. Nos programmes gouvernementaux ne peuvent en faire autant, ces organisations sont sclérosées, normées, difficiles de faire avancer parce qu’on se réfugie sur la norme plutôt que sur le gros bon sens. La gestion coopérative de notre lotissement va dans un tout autre sens, c’est eux qui nous ont approchés, ont reconnu nos efforts en innovation, nous ont encouragés comme ils s’y étaient engagés, par une rétribution financière très conséquente.

Je vous rassure, être béats devant la beauté de la montagne ne nous a pas fait perdre le nord, nous avons prévu un chauffage d’appoint pour les journées ou nous serons à l’extérieur et ne pourront alimenter le foyer, Notre foyer est conçu pour un espace de 1200 pc. Ce qui est plus que suffisant dans notre cas. Je vous dirais bien que viennent rapidement les grands froids pour le tester, sauf qu’on aime aussi profiter des belles journées qui restent avant le grand tapis blanc.

– Maurice

Top